Polars pour le jour de l’an

Il n’est pas trop tard pour offrir des cadeaux de fin d’année, mais il est grand temps! Voilà quelques idées polars…

Des nouveautés en reliure brochée, autour de 20 euros…

  • Entre deux mondes, Olivier Norek, Michel Lafon, 2017

Norek s’est fait connaître par son premier roman Code 93 qui a raflé de nombreux prix littéraires et a été traduit dans de très nombreuses langues. Ici, il nous emmène dans la jungle de Calais, cet espace de non-droit et de non-humanité, à la poursuite d’un étrange tueur. Violent mais poignant.

  • L’année du Lion, Déon Meyer, Seuil, 2017, traduction de l’afrikaans Catherine Du Toit et Marie-Caroline Aubert

Un Déon Meyer étonnant, dans la veine survivaliste post-apocalyptique! Pas un vrai polar au sens strict mais de l’excellent Meyer au sommet de son art. A (re)découvrir.

  • Tenebra Roma, Donato Carrisi, Calmann Levy, 2017, traduit de l’Italien par  Anaïs Bouteille-Bokobza

Dans Rome en plein black out. Marcus le pénitencier et Sandra la photographe traquent un tueur des ténèbres et du mal, qui frappe au hasard des victimes plongées dans le noir bien malgré elles. Frissons garantis, comme toujours avec Carrisi.

  • Au fond de l’eau, Paula Hawkins, Sonatine, 2017, traduit de l’Anglais par Corinne Daniellot et Pierre Szcezciner

Après l’énorme succès de la Fille du train, Hawkins assure avec un roman choral organisé autour de deux mortes par noyade à quelques semaines d’intervalles. Suicide? Meurtre? La vérité se reconstruit par petites touches et les secrets se défont. Subtil.

  • On ne meurt pas la bouche pleine, Odile Bouhier et Thierry Marx, Plon, octobre 2017

Odile Bouvier nous avait habitués à d’élégants polars situés dans le Lyon de la Grande Guerre. Ici, elle s’associe avec un chef étoilé médiatique pour revisiter le mythe de l’empoisonneuse entre Paris et Tokyo. Original et amusant.

 

Et des  poches à moins de 10 euros!…

  • Tension extrême, Sylvain Forge, Fayard poche , 2017, Prix du Quai des Orfèvres 2018

Des cyberattaques transforment le moindre objet connecté en arme mortelle et infiltrent les commissariats. Quand la technologie se change en assassin. Pas que virtuel!

  • La montagne rouge, Olivier Truc,  Points, 2017

Un chef sami découvre des ossements humains (un mort sans tête)  dans son enclos. De quoi relancer la bataille juridique entre forestiers suédois et éleveurs lapons. La police des rennes doit agir avec doigté. Dépaysement garanti.

  • Papillon de nuit, Roger Jon Ellory, Livre de poche, 2017, Prix des Lecteurs Polar 2017

Dans l’Amérique troublée des sixties, Daniel Ford  a été accusé d’avoir tué Nathan Verney, son meilleur ami. En 1982, un peu avant son exécution, un prêtre vient recueillir sa dernière confession. Les faits ne sont pas aussi évidents. Premier et déjà exceptionnel roman publié de R. J. Ellory.

  • Millénium – Tome 4 : Ce qui ne me tue pas, David Lagercrantz, Actes sud, 2017, traduit du suédois par Hege Roel-Rousson

Bon, d’accord, on ne l’a pas lu. Mais on peut quand même vous conseiller de (re)lire  les 3 premiers tomes signés par Stieg Larsson! Et il parait que ce 4ème tome n’est pas si mal…

  • Le Crime de l’Orient-Express, Agatha Christie , Le Masque, traduction révisée de Jean-Marc Mendel, 2011

Pour vous livrer à des comparaisons avec  la nouvelle adaptation cinématographique et avec Kenneth Branagh, actuellement  sur nos écrans ! Un classique reste un classique!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s