Le conseil polar du vendredi soir

Le Festival Nuit blanche du Noir 2020 a refermé ses portes dimanche dernier sur un magnifique succès et les Dames du Polar vous remercient de les avoir accueillies chez vous, en ligne, en direct ou sur sa chaine YouTube. Et elles vous réservent encore de nombreuses surprises dans les prochaines semaines. Mais , comme on ne change pas les vieilles habitudes, elles recommencent à vous prodiguer leurs conseils du vendredi soir en matière de polar, thriller et autres écritures noires.

Et là, elles vous donnent le meilleur conseil qui soit : si vous la croisez, évitez d’énerver…

Mamie Luger (Benoît Philippon)

Vous en doutez? Ecoutez ça:

« – Vous oubliez que vous avez tiré à plusieurs reprises sur votre voisin, M. de Gore.  Dont deux fois dans son dos.
– C’est mon doigt qui a ripé.
– Pas sûr que votre excuse tienne auprès d’un juge…
– J’visais l’cul.
– Vous le visiez donc bien ?
L’inspecteur avance avec méthode ses pions sur l’échiquier de son interrogatoire.
– J’l’ai pris pour un des Gitans.
– Jean-Baptiste de Gore ?  Avec son peignoir en satin ?  Difficile à confondre avec un Rom, non ?
– Gamin, j’t’explique, j’ai moins deux dixièmes à chaque œil, c’est encore un miracle que j’puisse conduire, vu qu’j’y vois pas plus qu’en plein brouillard de décembre, donc un rupin ou un Gitan, j’fais pas dans la nuance, si j’vois qu’il en veut au peu qu’j’possède, je tire. »

C’est sur cet échange que commence la garde à vue de Berthe Gavignol, 102 ans, interrogée par l’inspecteur André Ventura. Tout est dit!

Benoît Philippon propose un huit clos aux dialogues truculents entre cette Mamie peu conventionnelle et l’inspecteur Ventura, tantôt rebaptisé Képi, Lino ou Colombo par l’irrespectueuse grand-mère.  Elle en a des choses à raconter, l’ancêtre.  102 ans de la vie mouvementée d’une femme qui a traversé le vingtième siècle, c’est consistant.  Berthe, ses comptes, elle les règle à coups de pelle et de 22.  Veuve noire faiseuse d’anges, Mamie Luger avouera comment plusieurs méchants se sont retrouvés enterrés dans la cave de sa chaumière auvergnate.

La vieille bique use la patience de l’inspecteur Ventura mais ce dernier parviendra à la mener aux aveux.  Attachante malgré son franc-parler insolent, la vieille donne envie qu’on la gracie.  Féministe avant l’heure, Berthe n’a éliminé que des salauds violents, des racistes, des bas de plafond…  Sa verve donne lieu à des joutes verbales jouissives.  Pas étonnant que Benoît Philippon soit aussi scénariste pour le cinéma et les films d’animation, tant on le sent à l’aise avec les dialogues.

La légèreté de ce court roman rend la lecture jubilatoire avec en filigrane des dialogues cocasses l’engagement singulier de Mamie Luger. En ces temps « plombés », c’est incontournable! (AH)

Mamie Luger, Benoit Philippon. Les Arènes 2018, Livre de poche 2020.

Les librairies sont ouvertes! Courez donc acheter ce roman chez votre libraire habituel! Et si vous ne pouvez pas, commandez Mamie Luger sur Librel, le site des libraires francophones indépendants de Belgique.

Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à  inculq@gmail.com

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.