Le conseil polar du vendredi soir

Le conseil lecture du Festival Nuit blanche du Noir pour passer une fin de semaine à rechercher…

L’essence du mal (Luca d’Andrea)

Jeremiah Salinger s’est fait un nom comme scénariste de documentaire, avec son associé Mike McMellan à la caméra. Leur film Road Crew a connu quatre saisons d’un succès ininterrompu et rallié tous les critiques. Mais Salinger est fatigué et c’est avec enthousiasme qu’il décide de quitter les Etats Unis pour venir s’installer à Sibenhoch, le village de sa femme Annelise, perché à 1400 mètres d’altitude dans le Haut-Adige.  Il profite pleinement de cette existence calme surtout remplie par sa fille Clara.

L'essence du mal

Mais le virus du documentaire le rattrape et, avec Mike, ils décident de consacrer un film au Secours alpin des Dolomites et à son hélicoptère rouge, l’EC135. Hélàs, un jour de tournage où Mike, malade, a cédé la caméra à Salinger, c’est l’accident. L’hélicoptère est détruit, il y a des morts parmi les secouristes et Salinger est sauvé in extremis d’une avalanche. Il souffre désormais de stress post traumatique. Refusant les psychotropes, il préfère s’occuper l’esprit en faisant des recherches sur le massacre du Bletterbach, survenu en 1985 et toujours non résolu trente ans plus tard.

Malgré les avertissements de Werner, son beau-père, et de Max Krün, le policier du coin, il persévère, même quand Annelise le somme de cesser ses investigations sous peine de le quitter. Salinger n’ignore pas que, pour sauver son esprit fragilisé par l’accident, il doit trouver un dérivatif et pour cela, rien de mieux que de résoudre l’énigme de ces corps mutilés.

Dans ce premier roman, Luca d’Andrea fait preuve d’une maestria incroyable. Il parvient à faire en sorte que le lecteur se sente encerclé par les montages et les forêts oppressantes du Haut-Adige, comme Salinger se retrouve étouffé sous la neige. L’organisation chronologique linéaire du récit est particulièrement judicieuse parce qu’elle montre avec une précision d’horloger l’enchaînement irrémédiable des faits qui entraînent Salinger : déterrer les secrets d’un village, c’est remuer les âmes et détruire les apparences de l’équilibre. Mais la vérité ne vaut-elle pas tous les anxyolitiques du monde ? (CD)

L’essence du mal. Luca d’Andrea. Denoël 2017, Folio 2018. Traduit de l’italien par Anaïs Bouteille-Bokobza

Les librairies sont toujours ouvertes! Vous trouverez ce livre chez votre libraire habituel! Sinon,  commandez L’essence du mal sur Librel, le site des libraires francophones indépendants de Belgique.

Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.