Le conseil lecture du vendredi soir

Le conseil lecture du Festival Nuit blanche du Noir pour une fin de semaine à pénétrer dans la

Terra nullius (Victor Guilbert)

L’inspecteur Hugo Boloren n’est pas rentré indemne de son séjour à Douve. Certes, il y a compris le sens de cette fameuse phrase prononcée jadis par son père et qui le hantait depuis l’enfance (« le gamin a Douve dans les veines »), certes il a résolu l’assassinat du maire, certes il a mis fin à la malédiction du village… mais, depuis son retour, sa bille a disparu ! Et sans cette bille mentale qui le guide dans ses enquêtes en lui révélant le moment où il est près de découvrir la face cachée, sans cette bille qui fait « bing » quand son esprit a trouvé la solution, Hugo se sent incapable d’enquêter.

Comme si cela ne suffisait pas, il lutte toujours, à coups de carrés de chocolat, contre son irrépressible envie de fumer. Et un autre drame menace : sa mère, la grande journaliste Irène Borloren, s’enfonce peu à peu dans le labyrinthe d’Alzheimer. Il doit l’accompagner à Lille pour consulter un spécialiste de LA maladie. Bref, Hugo frise la dépression. Aussi, quand il entend parler de l’agression subie par le jeune Jimcaale, il se dit qu’il y aurait là un dépaysement salvateur. Il ne croit pas si bien dire puisqu’il va se retrouver à enquêter sur une immense décharge à ciel ouvert, près de Lille, entre la France et la Belgique, à laquelle est venu s’adosser un camp de sans-papiers, de sdf et de migrants en attente. Entouré de ses nouveaux amis, les flics de Lille, et d’étranges assistants totalement inattendus, Hugo finira – bien sûr – par percer les secrets de la décharge. Mais à quel prix !

Ce roman au ton tout à fait original dont l’intrigue est complexe à souhait et les rebondissements parfois très durs, nous fait rencontrer un héros aussi  déconcerté par le monde que lucide sur lui-même, un quarantenaire à l’âme d’enfant, en recherche de points d’appuis et de référents pour avancer dans ce monde qu’il veut à toutes forces décoder et comprendre. Mais Guilbert pose aussi ses récits dans des lieux surprenants, témoins de la violence qui habite les protagonistes. Après l’effrayante et mortifère forêt de Douve, la décharge publique de Lille, qui bouge, menace ou se plaint comme un être vivant mis à la torture, donne un cadre dantesque à cette histoire où sont  entrainés  des lecteurs, qui, au moment de refermer le livre, se demandent si Hugo pourrait trouver un peu d’apaisement à Saint Omer ! (CD)

Douve. Victor Guilbert. Hugo Thriller, 2021 et J’ai lu 2022.

Terra Nullius. Victor Guilbert. Hugo Thriller, 2022.

Vous trouverez ces livres chez votre libraire habituel, évidemment! Sinon, commandez-les sur Librel, le site des libraires francophones indépendants de Belgique.Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com . Pour une lecture aisée, ce texte n’est pas genré.


Une réflexion sur “Le conseil lecture du vendredi soir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.