Conseil polar du vendredi soir!

Conseils lecture du festival Nuit blanche du Noir pour le Week-end de Pâques, avec un lundi en plus! Mais lisez bien l’avertissement avant de vous lancer!

Avertissement:N’ouvrez pas les livres dont nous allons vous parler si vous n’avez pas quelques heures de liberté devant vous, sans gsm ni internet ni facebook susceptibles de vous interrompre! La frustration de ne pas pouvoir poursuivre votre lecture serait trop grande !

L’auteur, Sandrone Dazieri, n’est pas un débutant. Scénariste pour la télévision, journaliste, directeur de collection de romans policiers chez Mondadori, il a aussi écrit une série de romans parus en français chez Métailié : Sandrone et associés (traduction de Maria Grazini, 2001), Sandrone se soigne (traduction Serge Quadruppani, 2002), Le blues de Sandrone (traduction Serge Quadruppani, 2004).
Mais c’est Tu tueras Le père, élu meilleur polar de l’année 2014 par Il Corriere delle Sera, sorti en 2016 chez Robert Laffont, qui devient un véritable best-seller mondial et sera finaliste du prix Le point du polar européen 2016. La suite, Tu tueras l’Ange, sort en 2017, aussi chez Robert Laffont et aussi traduit par Delphine Gachet. Sortis en Pocket fin 2018.

Tu tueras Le père
Colomba Caselli est commissaire de police adjointe ; en congé de maladie après que « Le Désastre » – comme elle appelle l’explosion dont elle a été victime – l’a laissée, brisée, sur un lit d’hôpital avec plusieurs morts sur la conscience. Aujourd’hui, on peut croire qu’elle va mieux mais elle est toujours en proie à d’intenses crises d’angoisse. Aussi, lorsque son supérieur, le Commissaire Rovere, lui demande d’enquêter secrètement sur l’enlèvement (ou le meurtre ?) du petit Luca, c’est avec beaucoup de réticence qu’elle accepte. Et d’autant plus qu’il lui impose une collaboration avec Dante Torre, ce qui lui déplaît totalement. Kidnappé il y a vingt-cinq ans et retenu dans un silo à grains pendant plus de 10 ans par celui qu’il appelle Le Père, Dante a réintégré le monde grâce aux anxiolytiques, qu’il avale par poignée, souffre de claustrophobie aigue et ne supporte aucune forme d’enfermement, même pas dans une voiture ! Et sa vision complotiste du monde lui donne une vision particulière des réalités.
A l’époque, la police avait conclu que le coupable de l’enlèvement de Dante s’était suicidé quelques heures avant son arrestation. Mais sur les lieux de la disparation de Luca, Dante a une certitude : c’est l’œuvre du Père ! Il est donc bien vivant, comme Dante n’a cessé de le répéter depuis tant d’années. Evidemment, les enquêteurs et le procureur le traitent de fou et s’obstinent dans leur schéma initial en arrêtant le père de Luca. Mais, petit à petit, Colomba se met à croire au récit de Dante et fait progresser l’enquête. Pourtant, tout ce que Rovere, Colomba ou Dante pensaient avoir compris se met à évoluer dans un sens radicalement différent du kidnappeur en série soucieux d’assouvir ses pulsions ! Toutes les apparences sont trompeuses. Et quand le passé remue, personne ne sort indemne, même pas l’Etat ! 700 pages qu’on dévore (presque) d’une traite et qui, de rebondissements en découvertes, nous obligent à nous attacher à Dante et Colomba, dont le mal être respectif finira par construire une complicité efficace. Le couple d’enquêteur complètement improbable mais fonctionne à merveille et empêche le lecteur de décrocher un seul instant, jusqu’au twist de  la dernière ligne.
Tu tueras l’Ange
Deux ans ont passé depuis leur enquête commune autour du Père. Dante et Colomba se sont un peu perdus de vue. Les problèmes psychologiques de Dante se sont aggravés soudain et lui ont imposé un séjour en hôpital psychiatrique. Mais il s’en est sorti ; aujourd’hui il donne des conférences à l’université et est devenu expert en légendes urbaines. Colomba a survécu à ses blessures et ses crises d’angoisse s’espacent. Elle a réintégré La Mobile. Rovere est mort mais son remplaçant, Curcio, se sent le devoir de continuer à la protéger. Tout irait presque bien. Mais à 23h50 ce jour-là, quand le TGV en provenance de Milan entre en gare de Rome, on y découvre le corps d’un chef de train. Colomba est envoyée pour enquêter mais lorsdqu’elle ouvre la porte du wagon de la classe affaire, elle y trouve le chaos : tous les passagers sont morts dans des conditions atroces, tués par des émanations de cyanure. DAESH revendique aussitôt l’attentat dans une vidéo. Une task force anti-terroriste est constituée sur le champ. Mais Colomba a des doutes sur la validité de la revendication et elle exige d’accompagner la task force chargée d’investir et de fouiller la mosquée d’un quartier chaud de la ville. Elle ne pourra pas empêcher les débordements qu’elle craignait. Elle finit même par abattre un jeune (radicalisé ?) qui menaçait de tirer dans le tas tuant ainsi, par accident, l’imam Rafik. L’imam meurt dans les bras de Colomba en lui révélant que l’attentat du train n’est qu’une « vaste escroquerie ». Les certitudes de Colomba sont ébranlées. Elle se sent obligée de faire appel à Dante pour décoder la vidéo de revendication. En quelques heures, Dante identifie l’un des présumés terroristes. Et découvre comment l’Ange de la mort, Giltiné, a organisé toute la mise en scène. Mais qui est cet Ange ? Ce n’est que la première étape d’une vaste investigation qui va mener notre couple d’enquêteurs jusqu’à Berlin dans les ramifications des maffias nées après le démembrement de la Stasi et des forces spéciales soviétiques.

Là encore, Sandrone Dazieri nous propose de changer de point de vue et d’analyser les événements dont la lecture semble évidente à travers une autre grille. Passionnant et addictif. D’autant plus que la toute fin du roman ouvre une série d’interrogations qui laissent le lecteur ébahi et frustré.

Mais que fait Sandrone Dazieri ? Tout le monde attend la suite !

Vous pouvez télécharger Tu tueras le Père  et Tu tueras l’ange à partir de Librel, le portail numérique des libraires francophones de Belgique; il vous en coutera 9,99 euros par volume. Téléchargement immédiat. Ou acheter la version papier chez votre libraire habituel.
Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com

 

Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.