Conseil polar du vendredi soir

Le conseil lecture du festival Nuit blanche du Noir pour une fin de semaine en forme de palindrome…

Qaanaaq (Mo Malø)

Qaanaaq Adriensen, capitaine à la Crim’ de Copenhague, a tout oublié de son Groenland natal puisqu’il a été adopté à l’âge de 3 ans par un couple de Danois. En toute bonne foi, Flora Adriensen, directrice de la Crim’, et Knut Adriensen, auteur de polar à succès, ont cru que le mot « Qaanaaq », écrit sur le carton attaché au poignet de l’enfant, était son prénom. Mais quand Adriensen – contraint et forcé – revient pour la première fois après 42 ans au Groenland pour porter main forte à la police

locale, il va aller de surprise en surprise. D’abord, les quatre ouvriers de la plateforme pétrolière semblent bien avoir été tués par un ours polaire… C’est en tout cas ce que pourrait laisser croire la mise en scène des meurtres. Et Qaanaaq va devoir démontrer que le féroce animal n’a quand même pas grand chose à voir dans ce carnage. Ensuite, le mode de vie des habitants de Nuuk, la capitale aussi vaste qu’une petite ville de province au Danemark, lui semble, par instants incompréhensibles, même lorsque Apputiku (Appu) Kalakek, devenu son adjoint par la force des choses, lui révèle quelques codes. S’adapter à la nature groenlandaise n’est pas de tout repos non plus et, quand il découvre que Qaanaaq c’est aussi le nom d’une ville où d’autres meurtres ont été commis, Adriensen sent confusément que son histoire personnelle va interférer avec l’enquête, bien plus complexe que prévu.

Dans ce roman, l’enquête captivante n’étouffe pas l’émotion qui préside aux retrouvailles avec ses racines de cet homme au prénom en forme de palindrome, et qui s’est justement construit sur une succession de dualités et d’aller et retour, entre Groenland vs Danemark,  orphelin vs famille, inné vs acquis,  et qui doit ajouter dans cette enquête nature vs « prétendu progrès ». Un récit haletant et parfois violent qui donne l’envie de découvrir ce fragile continent blanc avant que les dégâts climatiques l’aient dissous. (CD)

Qaanaaq, Editions de La Martinière 2018 et  Points, 2019

Vous pouvez télécharger Qaanaaq à partir de Librel, le portail numérique des libraires francophones de Belgique; il vous en coutera 12,99 euros. Téléchargement immédiat.
Ou achetez la version papier chez votre libraire habituel!
Cet article est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com

 

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.