Conseil polar du vendredi soir

Conseil polar du festival Nuit blanche du Noir pour une fin de semaine à être pris dedans…

Et si, pour une fois, on matait une série policière ?

Le festival Nuit blanche du Noir qui rassemble les fans de la lecture de polars et conseille des livres, ne devrait pas recommander … une série télévisée, même policière ! Pourtant, se laisser aller à cette activité un peu paresseuse est tellement tentant et, finalement, n’empêche pas de lire un bon polar après avoir maté un petit épisode…

Mais attention ! vous risquez l’addiction car la série recommandée ici c’est Engrenages ! Et si vous passez le cap de premier épisode, ce sera trop tard : vous devrez dégager du temps pour visionner la suite en streaming puisque la série comporte sept saisons pour un total de 76 épisodes d’un peu moins une heure chacun. Faites le compte ! Mais vous n’avez pas d’excuses, ce sont les vacances ! Et ce ne sera pas fini : deux autres saisons sont en tournage ou programmées.

Engrenages, c’est une série policière qui, depuis 2005 déjà, met en scène – évidemment – des policiers (ceux du 2e DPJ de Paris), des magistrats et des avocats. Comme dans la vraie vie, l’univers judiciaire et le monde policier se côtoient, se dévoient, se fourvoient, se tutoient et se rudoient… La série dénonce les petites combines des flics, juges, procureurs et autres avocats. Tout ce beau monde évolue dans une même histoire mais chaque personnage n’en voit qu’un morceau, par le prisme de sa fonction et de son caractère. Il faut parfois s’accrocher pour garder le fil mais le format de 12 épisodes par saison (à partir de la troisième ) permet de donner de la profondeur aux personnages et d’arrimer l’intrigue. Le succès de la série est devenu international (Suisse, Québec, Portugal, etc.) à tel point que même la BBC l’a diffusée  sous le titre Spiral! Que la BBC présente une série française, ce n’était plus arrivé depuis Belle et Sébastien! C’est dire!

Alors, quelques indications pour ne pas en perdre une seconde ! Chaque saison se construit autour d’une enquête policière principale : la première scène du premier épisode démarre généralement par un meurtre, si possible bien sordide. Il n’est donc pas absolument nécessaire d’enchaîner, les pauses entre deux saisons sont autorisées ! Dans cette intrigue principale s’imbriquent généralement deux autres intrigues : l’une plus personnelle qui lie (ou délie) les personnages et une autre qui interroge une question actuelle de société (importance des juges d’instruction, déterminisme de l’origine sociale ou délinquance, par exemple). Cette imbrication des intrigues permet d’appréhender de façon digeste les rouages de la machine judiciaro-policière. Engrenages, c’est aussi une critique de l’autorité et la dénonciation des dysfonctionnements des institutions.
Les personnages principaux sont attachants même s’ils sont parfois un peu trop typés. Donc, vous vous attacherez à l’équipe de flics dont vous ne voudriez, pour rien au monde, vivre la vie. Il y a la Capitaine Laure Berthaud (Caroline Proust), flic à 200%, ce qui ne laisse pas vraiment de place à autre chose que son boulot. Et aussi Gilou (Thierry Godard), le flic sympa qui dérape à intervalles réguliers, à qui on voudrait dire « Non non, Gilou, ne fais surtout pas ça ! » et qui ne nous écoute jamais. Mais sa grande intelligence émotionnelle le rend tellement juste à d’autres moments qu’on lui pardonne presque tout. Et puis vous vous attacherez à Tintin (Fred Bianconi) qui semble avoir la vie la plus équilibrée, mais cela ne dure pas. Dans les travées du Palais, vous ferez la connaissance du Juge François Roban (Philippe Duclos), entêté, jusqu’au-boutiste, toujours en quête de dossiers sensibles et donc… d’ennuis. Joséphine Karlsson (Audrey Fleurot) campe une avocate garce mais tellement belle qu’on a mal pour elle chaque fois qu’elle s’attire des emmerdes et, en la matière, c’est une spécialiste. Vous aimerez aussi Pierre Clément (Grégory Fitoussi) d’abord en substitut du procureur puis en avocat. Lui, c’est l’intègre mais qui, forcément, va prendre cher…
Chacun de ses personnages suit son fil propre tout au long des épisodes, tous franchissent la ligne mais à chaque fois pour de bonnes raisons, c’est sans doute cela le secret de la série. Qui ne rêve pas de s’affranchir des règles quand de bonnes raisons offrent une légitimité à la transgression ? (AH)

Création : Alexandra Clert et Guy-Patrick Sainderichin
Production : Son et Lumière, avec la participation de Canal+, Jimmy et Ciné+ depuis la saison 3 et BBC Four pour les saisons 2, 4, 5 et 6.

Téléchargement payant  par exemple sur mycanal . Ou simplement acheter des DVD. Prix conseillé saison 1= 6,99 euros.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.