Conseil polar du vendredi soir

Le conseil lecture du festival Nuit blanche du Noir pour une fin de semaine sur la piste avec…

Les chiens de chasse (Jørn Lier Horst)

Dans Fermé pour l’hiver – premier roman de Jorn Lier Horst traduit en français –  nous avions fait la connaissance de William Wisting, inspecteur à la police criminelle de Larvik (non loin d’Osla), et de sa fille Line, la téméraire journaliste, aux prises, ensemble, avec de mystérieux cambrioleurs qui, non contents de dévaliser les chalets de vacances, semaient les cadavres sur leur passage. Cette fois, dans Les chiens de chasse, Wisting se voit contraint de reprendre une très ancienne affaire qu’il avait rondement menée, voilà 17 ans, faisant condamner Rudolf Haglund pour l’enlèvement et le meurtre de la jeune Cécilia Linde. Mais un témoin surprise vient de donner un alibi à Haglund qui retrouve ainsi la liberté. La presse s’en donne à cœur joie pour vilipender Wisting, devenu désormais célèbre et dont la réputation d’intégrité était intacte jusque là. Aurait-il, à l’époque, souffert du syndrome du « chien de chasse », qui caractérise un flic suivant la première piste venue et s’entêtant à ne suivre que celle-là pour prouver à tout prix la culpabilité, comme les chiens de chasse s’acharnent sur une proie? S’il veut retrouver son insigne, son poste et sa dignité, Willing doit reprendre l’enquête à zéro. Au même moment, sa fille Line, journaliste à VG, se fait agresser par un cambrioleur masqué qui pourrait bien être l’assassin de l’inconnu dont le visage a été fracassé. Il y a là matière à un article et tout est bon pour détourner l’attention des médias des mésaventures paternelles. Mais si les deux affaires, en fin de compte étaient liées? Pour le coup, père et fille vont travailler main dans la main.

Jørn Lier Horst est un ancien officier de policier reconverti, comme pas mal d’autres, dans l’écriture de polar. Mais ses enquêtes ont une dimension humaine et personnelle grâce à cette originale relation père/fille, sensible et très bien décrite. Ce qui confère à ses récits une dimension vraiment universelle. Ce n’est pas pour rien qu’il est traduit dans une trentaine de  langues, qu’il a vendu près de trois millions de livres et raflé les prix les plus prestigieux. Bientôt en poche L’usurpateur, très récemment paru chez Gallimard série noire (CD)

Les chiens de chasse, Jørn Lier Horst. Gallimard noir 2018 et Folio policier 2019. Traduit du  norvégien par Hélène Hervieu.

Vous pouvez télécharger Les chiens de chasse à partir de Librel, le portail numérique des libraires francophones de Belgique; il vous en coutera 7,99 euros. Téléchargement immédiat.
Ou achetez la version papier chez votre libraire habituel!
Cet article est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.