Conseil polar du vendredi soir

Conseil lecture du festival Nuit blanche du Noir pour passer la fin de semaine à voyager.

Deux courts romans noirs, cette semaine, mais qui vous entraîneront loin, au delà de l’océan, sur le continent américain. Au sud d’abord, au Chili précisément, dans Les rues de Santiago  de Boris Quercia où le flic Santiago Quiñones  patrouille sans grande conviction et, en tous cas, bien décidé à ne plus tuer personne. Évidemment, l’enfer est pavé de bonnes intentions et à l’issue d’une tentative de flag qui tourne mal, il abat, à son corps défendant, le jeune Baltasar, 15 ans. Pour oublier son geste, Santiago marche dans les rues de Santiago (eh oui, belle mise en abîme!) et, par le plus grand des hasards, par désœuvrement, il entreprend de suivre  une jeune femme dont il soupçonne assez vite qu’elle est impliquée dans l’une ou l’autre « activité frauduleuse ». Évidemment, il ne peut résister à la tentation de séduire Ema, sans imaginer une seconde dans quel piège il tombe ni à quel point sa vie est en danger. Roman court, dense, violent parfois, toujours efficace, qui intrigue mais qui pêche aussi par sa brièveté. On aurait voulait en savoir plus sur Santiago, l’homme et la ville.
La brièveté et la concision coup de poing, c’est aussi la marque de Atmore Alabama d’Alexandre Civico. Roman puzzle à la chronologie éclatée dans lequel le personnage principal, ce Français dont on apprendra que la vie a été brisée, loin d’errer au hasard comme Santiago, semble s’être installé à

Atmore, ce trou paumé du fond de l’Alabama, afin de poursuivre un dessein précis. Mais lequel? Pourquoi est-il là? Pourquoi rôde-t-il autour de la prison? Eve, la jeune mexicaine, droguée et paumée, deviendra-t-elle suffisamment importante à ses yeux pour l’empêcher de sombrer et d’anéantir sa vie ? Ce qui frappe certainement chez Civico, c’est son écriture très littéraire, pointue, presque acérée, entrecoupée, dérangeante certes, mais incessamment poétique. Là encore, on reste sur sa fin, on en voudrait plus tant cette écriture est prenante. (CD)

 

Les rues de Santiago, Boris Quercia . Asphalte, 2014 et Livre de poche, 2015. Traduit de l’espagnol par Baptiste Chardon.

Atmore Alabama, Alexandre Civico. Actes Sud, Actes noirs, 2019.

Vous pouvez télécharger Atmore Alabama sur Librel, le portail numérique des libraires francophones de Belgique. Téléchargement immédiat.
Ou achetez la version papier chez votre libraire habituel!

Cet article est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.