ça vous dirait un polar pour la St Valentin?

Date oblige, le conseil lecture polar de cette fin de semaine s’est paré de rose. Bon, d’accord, pour la St Valentin, on pense plutôt bouquet de fleurs et boite de chocolat, mais, qu’on se le dise, des meurtres il y en a aussi ce jour-là!

Dans Le meurtre de la Saint Valentin,Tom Savage n’hésite pas à assassiner, le jour de la fête des amoureux, les trois meilleures amies de collège de son héroïne, Jill Talbot. Du coup, elle en perd le sommeil car le 14 février approche et comme elle est harcelée, épiée et traquée par un inconnu qui lui envoie des lettres de menaces et des cadeaux inquiétants, elle se dit que cette fête pourrait bien être la dernière…

Jean-Marie Reber, lui, a carrément mis le titre de Savage au pluriel et, dans Les meurtres de la Saint-Valentin, il nous raconte comment le projet de l’inspecteur Dubois de passer, enfin, une fête des amoureux avec sa femme va être contrecarré par le meurtre de deux jeunes filles, commis justement ce soir-là.  L’inspecteur Dubois va se retrouver en charge d’une enquête complexe car les suspects sont (trop?) nombreux. Amour, jalousie, trafic de drogue… Mais cela n’explique pas tout!

Chacun a droit à son 14 février. C’est probablement ce que pense Georges Dawes Green puisqu’il a intitulé son roman La Saint-Valentin de l’homme des cavernes. Romulus Ledbetter est un SDF noir d’une cinquantaine d’année, pianiste de concert, qui vit… dans une grotte au nord de Manhattan. Totalement parano, il est persuadé que les problèmes viennent de Stuyvesant, cette créature sans visage qui bombarde New York de rayons Y. Le dernier coup de Stuyvesant, c’est le meurtre d’Andrew Scott Gates, SDF lui aussi et ancien modèle du grand photographe David Leppenraub. Il appelle sa fille qui travaille dans la police mais, évidemment,  elle ne fait pas grand cas de ces affirmations délirantes. Romulus décide de mener l’enquête seul. Il va découvrir un monde où l’art et l’argent entretiennent de bien sordides relations. Premier roman de Georges Dawes (auteur de La Jurée) couronné de l’  » Edgar  » du premier roman policier.

Et, pour le 14 février, on vous conseille un titre de circonstances: Les jeux de l’amour et de la mort, le tout premier Fred Vargas, paru il y a près de 35 ans, qui avait remporté le prix du festival de Cognac lors de sa sortie. Tom, jeune peintre en mal de reconnaissance, réussit à se faire inviter à une soirée en l’honneur du grand artiste Gaylor à qui il voudrait présenter son travail.  Mais  il n’ose pas l’aborder et pénètre subrepticement  dans le bureau du maître où il découvre… un cadavre! Sa fuite le rend très suspect  aux yeux de l’inspecteur Galtier, chargé de l’enquête, qui va tenter par tous les moyens de prouver sa culpabilité. Déjà du pur Vargas! (CD)

  • Le meurtre de la Saint-Valentin, Tom Savage. Albin Michel 1997. Traduit de l’anglais par Sophie Kajdan.
  • Les meurtres de la Saint-Valentin, Jean-Marie Reber. Attinger,  2015.
  • La Saint-Valentin de l’homme des cavernes, Georges Dawes Green. Seuil 1996, Points 1998. Traduit de l’anglais par Robert Pépin.
  • Les jeux de l’amour et de la mort, Fred Vargas. Le Masque,1986, Poche 2012.

Cet article est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.