Conseil polar du vendredi soir

Et voilà! La Foire du Livre de Bruxelles a pu échapper de justesse à l’annulation et grâce à cela, on a croisé plein d’auteurs et autrices de polar, romans noirs, thrillers, dystopies et autres belles noirceurs. Barbara Abel a signé pendant des heures, Patricia Hespel a comparé  avec Agustín Martinez les méfaits du coma sur des vies qui se croyaient « normales » , Noëlle Michel, émue, a découvert l’édition de son premier roman (Viande, Editions Lylis) sorti à l’occasion de la Foire, Franck Thilliez a fait salle comble,… Bref, une belle Foire où tout le monde était content d’être là, où l’on parlait beaucoup de virus en s’enduisant les mains de gel désinfectant et où l’on a aussi remis de nombreux prix. Evidemment, ce n’est pas, comme l’année dernière, un polar qui a gagné le Prix Première (Alexandre Lenot avec Ecorces vives, Actes Sud, invité du Festival Nuit blanche du Noir 2019), mais un premier roman très dur, noir en somme, (Sœur, Abel Quentin, Editions de l’Observatoire). C’est à Jusqu’ici tout va bien (Alice Jeunesse Edition) de l’autrice de jeunesse namuroise, Marie Colot, que 800 jeunes de la Fédération Wallonie Bruxelles ont choisi d’attribuer le  Prix Première Victor. On a distribué une dizaine de récompenses dans six catégories aussi différentes que le récit de vie ou la poésie, lors de la remise des prix du concours Libre  d’écrire qui récompensait des auteurs/trices en prison, et un jury de blogueurs et blogueuse ont  récompensé l’écriture de chroniques.

Mais, bien sûr, on attendait surtout la remise du  Prix Fintro Ecritures noires, prix organisé par Fintro en partenariat avec la Foire du Livre. Il a été attribué, pour cette troisième édition,  à Marie-Pierre Jadin pour son roman Brasiers (Ker Editions). Luc Delcourt, jeune inspecteur bruxellois fraîchement sorti de l’école de police, se voit attribuer un poste à… Bastogne! Pour ses parents; c’est un choc : cela les ramène aux terribles souvenirs de vacances qui n’ont cessé de les hanter. Pour Luc , c’est la découverte d’un monde à l’opposé du sien, où tout doit se décoder et se maîtriser progressivement. La première enquête qu’il se voit confier porte sur un vol de tracteur. On est loin du grand banditisme de la capitale. Aussi, lorsque son supérieur lui propose de reprendre les recherches à propos d’un cadavre découvert quelques mois plus tôt, emmuré dans une vieille ferme, il n’hésite pas un instant et, avec l’aide de Cécile, la nouvelle propriétaire des lieux, il entreprend de reconstituer le parcours du mort. Il n’imagine pas à cet instant là que la Bataille des Ardennes, le rideau de fer et la chute du mur de Berlin vont le rejoindre dans cette campagne ardennaise à laquelle il s’attache de plus en plus. Un récit plein d’humanité qui montre bien comment personne ne peut échapper à ses propres circonstances de vie. Et un bel hommage à une région qui devient un vrai personnage de roman sous la plume délicate de Marie-Pierre Jadin. A quand la suite des aventures de Luc Delcourt? (CD)

Brasiers, Marie-Pierre Jadin. Ker Editions 2020.
Vous pouvez acheter Brasiers sur le site de Ker Editions ; il vous en coutera 18 euros .

Cet article est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.