Le conseil polar du vendredi soir

Le conseil lecture du #Festival de polar Nuit blanche du Noir de #Mons pour une fin de semaine qui s’achèvera sur…

Une nuit sans aube (Benoit d’Halluin)

Voilà un bien étrange roman qui, comme beaucoup de polars ou de thrillers, commence par un meurtre. Ou du moins une tentative. Par un beau matin d’automne, dans les Catskills, au nord de New York, un jeune homme, tête nue, souriant, marche. Et va bientôt se faire renverser, très violemment et à dessein, par une Mercedes classe E (retenez ce détail de la classe E qui n’est pas insignifiant car c’est lui qui va relier les protagonistes et, bien entendu, disperser le lecteur).

En Loire Atlantique, Catherine, la mère du jeune homme, reçoit, dans la nuit, l’appel d’un inconnu, un étrange Marc, qui lui annonce que son fils Alexis est dans le coma et qu’il l’emmènera à son chevet, à New York, dans quelques heures. L’univers de Catherine, la figure tutélaire, s’écroule.  Mais elle ignore encore qu’elle va littéralement découvrir un fils dont elle se rendra compte qu’elle ignore tout et d’abord qu’il est gay.

 Une fois ceci posé, d’Halluin s’intéresse à bien d’autre chose en plus de nous amener à l’issue de l’accident (pourquoi a-t-on voulu tuer Alexis et qui a voulu cette mort ? Marc serait-il impliqué ?) car en nous racontant, de façon très détaillée et parfois même crue, les principaux  épisodes de la vie de ces deux jeunes trentenaires brillants, il fait le portrait sociologique d’une certaine communauté gay actuelle, à travers  Marc, dont la vie s’est construite autour de l’affirmation de son homosexualité grâce à une fulgurante réussite, et Alexis, porté par le besoin de « faire illusion » en regard de à sa prétendue « normalité » face à sa famille et à la société.

On a dit de ce roman qu’il était le roman des secrets de familles. Il nous semble, au contraire, être celui du secret intime, impossible à partager parce que se dire, révéler, être soi sera, justement, transgresser les normes familiales et perdre le clan protecteur. Au-delà du thriller se pose une série de questions sur le fait d’être gay, aujourd’hui, dans des villes aussi différentes que Paris ou New York, sur la possibilité d’une vie stable (normée ?) pour les couples gays, et sur la difficulté universelle d’être soi, tout simplement.  Une belle écriture vient porter ce texte témoin – annoncé par un très beau prologue aux accents rimbaldiens  – plein de jolies et subtiles références culturelles. (CD)

Découvrez l’univers de Marc et Alexis à travers ce QR code!

Une nuit sans aube. Benoir d’Halluin. XO éditions. 2022.

Vous trouverez ce livre chez votre libraire habituel, évidemment! Sinon, commandez Une nuit sans aube sur Librel, le site des libraires francophones indépendants de Belgique.
Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com .


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.