Le conseil polar du vendredi soir

Le conseil lecture du #Festivaldepolar Nuit blanche du Noir de #Mons pour un week-end pascal à prendre conscience de ce que…
Au commencement, il y eut le mal (Patrizio Fiorilli)
Pas simple, pour un Grec, d’être le roi de Jérusalem par les temps qui courent.
Pas simple de rester le plus riche. De damer le pion aux autres marchands, de faire rentrer l’or et l’argent en affrétant des navires, en vendant de l’urine ou en faisant commerce d’esclaves.
Pas simple de tenir à distance Ponce Pilate et les gros bonnets romains et juifs, très prompts à vous faire retrouver vos ancêtres d’un bon coup de dague.

Phidias prend toutes les précautions pour continuer à s’enrichir un maximum sans jamais vexer personne. C’est son cher esclave nubien Khêto, bien plus futé en somme, esprit retors et aussi diplomate que machiavélique, qui fait tourner la belle mécanique mise en place.
Jusqu’au jour où Phidias — allez savoir pourquoi ? pour être vu ? pour voir ? — decide d’assister au procès de ce juif que Ponce Pilate va certainement condamner à la crucifixion car ses prêches menacent le subtil équilibre politique maintenu par Rome. Sur le chemin, Phidias croise la route d’un pendu. Suicidé, selon Demetrios, son médecin personnel dépêché au pied de l’arbre où un groupe d’amis se recueillent. N’aurait-il pas plutôt été assassiné, ce Judas ? C’est là que tout va partir en vrille…
Patrizio Fiorilli s’en donne à cœur joie, pour notre grand plaisir, à proposer une lecture quelque peu sacrilège de ces jours qui entourent la mort (supposée ?) et la résurrection (inventée ?) de Jésus. D’une écriture élégante mais capable de toutes les facéties, il nous livre une nouvelle vérité historique tellement étonnante que, pour un peu, on y croirait. (Mais croyait-on a l’autre ?) Ce roman sur la manipulation des faits historiques et leur apparence n’est pas sans rappeler Le complot des philosophes (alias La source S) de Philippe Raxhon, autre regard iconoclaste sur les origines du christianisme.
On en vient presque alors à regretter que Fiorilli n’ait pas assumé jusqu’au bout l’option narrative choisie pour développer l’ intrigue de son roman noir et qu’il se sente comme obligé, en fin de récit, de tout expliquer ou justifier. Mais ça n’enlève rien à la connivence de la lecture et à la découverte d’un style abouti et séduisant. (CD)
Au commencement, il y eut le mal. Patrizio Fiorilli. Édition F. Deville, 2022. Finaliste du prix Polar de la Foire du Livre de Bruxelles.

Vous trouverez ce livre chez votre libraire habituel, évidemment! Sinon, commandez-le sur Librel, le site des libraires francophones indépendants de Belgique.
Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.