Conseil polar spécial Festival

Le conseil lecture du Festival Nuit blanche du Noir pour une fin de semaine  à suivre le vol de…

L’Oiseau bleu d’Erzeroum (Ian Manook)

L'oiseau bleu d'Erzeroum t.1

En 1915, aux environs d’Erzeroum, Araxie, 11 ans, et sa soeur Haïganouch, 6 ans, jouent avec un scarabée doré pendant que leur mère étend le linge. Ce sont leurs derniers instants d’insouciance. Sur la colline, se dessinent les silhouettes de trois cavaliers, 3 tchétché, ces paysans turcs à qui le gouvernement a donné pouvoir de mort sur les gaviour, les chrétiens arméniens considérés comme des infidèles. La mère est violée, torturée, tuée. Les  fillettes sont miraculeusement sauvées et recueillies par leur oncle. Mais le répit est de très courte durée. La déportation des Arméniens vient de commencer. Les gamines entament la longue marche vers le désert, qui tourne rapidement au massacre : les familles sont séparées, décimées, abattues, sans sommation. Comment les deux sœurs vont-elles survivre dans ce déchaînement de haine aveugle et insensée ? C’est une véritable épopée, qu’il est impossible de raconter sans abîmer l’émotion qui vous saisira à chaque page de ce récit haletant, mais aussi, parfois, presqu’insupportable  de par la  violence que les hommes déchaînent sur d’autres hommes et – surtout – sur d’autres femmes. De Erzeroum à Istamboul, de Beyrouth à Paris en passant par Moscou, New York ou Berlin, c’est à un hallucinant voyage d’initiation auquel  vous êtes conviés.

Ian Manook est un magnifique conteur d’histoires noires, on le savait déjà depuis Yeruldelgger. Ici, il nous entraîne dans une véritable saga car ces jeunes filles vont traverser la première moitié du  20ème siècle (le roman, premier volume d’une série, s’arrête en 1939) et connaître les pires cruautés que l’Histoire aura fait germer dans l’âme des hommes, sans jamais perdre  leur amour de la vie et leur radieuse humanité. Dans ce récit qui retrace l’histoire de sa grand-mère, Manook se dévoile, c’est évident, mais il nous propose aussi de porter le regard – sans détour – sur le génocide arménien, épisode peu et mal connu du siècle dernier mais dont les répercussions sont encore sensibles dans les remous  géopolitiques d’aujourd’hui. Les événements racontés ici sont durs et pleins de violence, on ne peut s’empêcher de rire, d’être émus, de trembler, de s’insurger, bref, s’il est bien un livre que l’on ne peut / que l’on ne doit pas lâcher, c’est celui-ci. Manook nous prend aux tripes et nous rend plus humains. (CD)

Ian Manook sera au Festival Nuit blanche du Noir les 9 et 10 novembre 2021.

L’Oiseau bleu d’Erzeroum. Ian Manook. Albin Michel, 2021

Vous trouverez ce livre chez votre libraire habituel, évidemment! Sinon, commandez L’oiseau bleu d’Erzeroum sur Librel, le site des libraires francophones indépendants de Belgique.
Ce texte est soumis à la loi sur la reproduction. Autorisation à demander à inculq@gmail.com.


Une réflexion sur “Conseil polar spécial Festival

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.